© 2018 ParolesdeFemmesLeRelais. Mentions légales

Prostitution et traite

Définition

La prostitution désigne le fait pour une femme d’être contrainte à se livrer à des relations sexuelles tarifées, que ce soit par nécessité économique (précarité) ou par la violence d’un réseau de traite ou d’un proxénète.

 

La traite à des fins d’exploitation sexuelle désigne le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement et la contrainte des personnes à des relations sexuelles tarifées, dont l’argent est reversé au proxénète.

 

Quand on parle de proxénétisme, on pense souvent aux gros mafieux, dans les films. En fait, différentes réalités existent et le proxénète peut être un proche, un petit ami qui fait du chantage pour que tu « rendes service » à son pote, une « amie » qui te présentent à des hommes qui veulent « t’aider ».

Michetonner ? Verbe qui signifie « jouer de ses atouts physiques pour parvenir à ses fins ». C’est à dire draguer, faire croire à la personne en face de moi qu’elle me plait pour avoir des cadeaux, aller au resto, au cinéma… On pourrait croire que « ce n’est rien puisque il n’y a pas de rapports sexuels ». Pourtant, le fait de « michetonner » peut conduire à des situations de dangers dans lesquelles on ne maîtrise plus rien, et à la prostitution.

La traite à des fins d’exploitation domestique ou économique désigne le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement et la contrainte de la personne dans le but de la réduire en esclavage.

 

L’esclavage moderne désigne le fait que des personnes privent d’autres personnes de leur liberté et les exploitent, soit pour du travail domestique, soit à des fins de gain économique.

 

Cadre Légal

Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, 1948

Article 4 : " Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude : l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ".
Article 5 : " Nul se sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumain, ou dégradants ".

Extrait de la convention de Genève du 02 décembre 1949

Article 1 :" Les parties à la présente convention conviennent de punir tout personne qui pour satisfaire les passions d'autrui : embauche, entraîne ou détourne en vue de la prostitution une autre personne, même consentante, exploite la prostitution d'une autre personne, même consentante ".

Si l’activité de prostitution est tolérée en France, la personne prostituée est considérée depuis 1960 comme une victime (Ordonnance de 1960). 

La loi du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées illustre l’engagement abolitionniste de la France. Elle prend en compte le phénomène prostitutionnel dans sa globalité et contribue ainsi à :

  • renforcer la lutte contre proxénétisme, en prévoyant notamment un dispositif de signalement des contenus illicites sur Internet et en renforçant les mesures de protection des personnes témoignant à l’encontre des réseaux criminels

  • améliorer la prise en charge des personnes victimes de prostitution, de proxénétisme ou de traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle, avec la création d’un parcours de sortie de la prostitution proposé à toute personne qui souhaite accéder à des alternatives

  • favoriser un changement de regard sur la prostitution via des mesures de sensibilisation du grand public et de prévention en direction des jeunes

  • responsabiliser les clients de la prostitution en créant une infraction de recours à la prostitution d’autrui

 

Pour aller plus loin

http://jenesuispasavendre.org/

http://www.amicaledunid.org/

 

Que faire en cas de prostitution ?

S’adresser à une association spécialisée :

  • L’Amicale du Nid

http://www.amicaledunid.org/